Agé et plus la force de jardiner ? Prêtez ou partagez votre jardin !

Le potager et les parterres de fleurs ont occupé toutes vos fins de semaine, mais l’âge a eu raison de votre bel enthousiasme. Et si vous passiez le relais, en continuant de profiter de légumes frais et de beaux massifs ?

Le jardinage : un divertissement intergénérationnel

Contrairement aux idées reçues, jardiner n’est pas seulement l’apanage des plus âgés. De plus en plus de jeunes s’adonnent à cette activité, par conviction ou pour s’accorder une parenthèse décontractée, au plus près de la terre. Le manque d’espace constitue, cependant, un des enjeux à gérer pour celui qui veut jouir pleinement de cette distraction. Les jeunes citadins doivent se contenter de leurs balcons ou de carrés exigus derrière la maison. De nombreux seniors font face au problème inverse. De l’espace, ils en disposent, ce qui leur manque, c’est l’énergie pour sarcler, butter ou planter. Avec Senior-Magazine.com et ses conseils pratiques pour les personnes du troisième âge, l’on découvre avec plaisir un moyen simple de concilier les 2 situations : le co-jardinage.

Ouvrir les grilles de son jardin

Que cela se présente sous la forme d’un prêt ou d’un partage, le co-jardinage consiste à laisser une tierce personne exploiter tout ou partie de son terrain. L’idée est que celui-ci ne reste pas inutilement en friches, donne libre cours aux plantes envahissantes et déséquilibre l’harmonie de l’espace extérieur. Il existe plusieurs façons d’identifier ou de prendre contact avec la personne qui va viabiliser le jardin à sa place. Le voisinage, les enfants et petits enfants sont autant de sources de contact, qui présentent l’intérêt de confier sa précieuse terre à quelqu’un de familier. De plus en plus de sites de contact spécialisés en jardinage collaboratif ont surtout vu le jour. Comme sur les sites de rencontre, vous aurez à vous inscrire – ou vous faire inscrire – et à diffuser des annonces recherchant un compagnon de jardinage. Selon ce que vous conviendrez avec ce dernier, vous profiterez des récoltes de différentes façons. Les uns s’approprient simplement les récoltes de façon équitable, d’autres se mettent d’accord sur une autre modalité de partage. Cela constitue un des grands points à voir en amont de la collaboration, pour profiter du co-jardinage en toute sérénité.

Co-jardinage : mode d’emploi

Vous avez un bout de jardin que vous n’êtes plus en mesure d’entretenir convenablement ? Rejoignez facilement un des sites spécialisés dans le prêt ou le partage de jardin. Lorsque vous tombez sur un profil de « demandeur de jardin » présentant des affinités avec vos attentes, planifiez une rencontre pour découvrir le terrain. C’est en même temps l’occasion de discuter des conditions pratiques de votre partenariat. Définissez, entre autres, si vous escomptez un partage des récoltes à terme, dans le cadre d’un prêt, ou si l’autre personne accède à la parcelle sans contrepartie. Délimitez clairement les responsabilités de chacun, notamment en ce qui concerne les fournitures : semences, outillages, eau d’arrosage… Et si vos terres sont particulièrement clémentes et qu’au bout du partage, vous vous retrouvez encore avec des fleurs, des légumes ou des fruits en trop, pensez au troc ou au don. Les sites d’échanges de produits maraîchers font également florès. Une opportunité réelle pour lutter contre le gaspillage et promouvoir une consommation plus responsable, à cycle court.

Ajouter un commentaire